Bagasse, Mélasse, Ecume

Valorisation agricole des coproduits de sucrerie

La transformation industrielle des cannes à sucre conduit à différents sous-produits : la bagasse, les écumes et la mélasse, qui peuvent être valorisés au niveau agricole.

Utilisation de la bagasse

 

2.3.2-bagasse

 

La bagasse, résidu fibreux composé essentiellement de cellulose, d’hémicellulose et de lignine, est issue de la première étape d’extraction du sucre par broyage de la canne.

Selon les variétés et les performances de l’usine, une tonne de canne à sucre génère entre 250 et 320 kg de bagasse. La valeur énergétique de la bagasse est estimée à 420 kWh/tonne.

Aussi la bagasse est-elle en premier lieu utilisée dans la production d’électricité, tout d’abord pour les besoins énergétiques de l’usine et dans certains cas pour l’exportation vers le réseau électrique local.

Par ailleurs l’excédent de bagasse peut-être utilisé :

  • pour la production de compost qui, en association avec la mélasse et les écumes, permet d’obtenir un engrais vert à fort taux de matière organique pouvant réduire l’apport d’engrais minéraux chimiques
  • pour l’alimentation animale (bovins), en mélange avec d’autres composants.

 

Retournement de compost - Médine, Île-Maurice

Retournement de compost – Médine, Île Maurice

 

Enfin, la bagasse connaît de nouvelles applications : elle peut également être utilisée pour la production de papier, de carton, de panneaux agglomérés et même de produits chimiques (résines, solvants).

Utilisation des écumes

Les écumes de sucrerie -issues de l’épuration du jus de canne- constituent une source organique et minérale intéressante à épandre dans les champs.

Produites en moyenne à hauteur de 3% poids de la quantité de cannes broyées, elles sont relativement riches en azote (0,7%), phosphore (0,3 à 0,4%) et en calcium (0,8%).

Appliquées à des doses importantes (20 à 30 tonnes/ha), elles peuvent remplacer les engrais phosphatés tout en améliorant la fertilité du sol du fait de l’apport de matières organiques de qualité et de l’apport de calcium (réduisant l’acidité des sols).

 

Épandage localisé d’écume – Sosucam (Cameroun)

Utilisation de la mélasse et de la vinasse

La mélasse est le sous-produit final de l’extraction du sucre et est produite à hauteur de 3 à 4 % du tonnage de cannes broyées.

Compte tenu de la teneur non négligeable en sucres (entre 30 et 35%), elle est, pour les sucreries disposant d’une distillerie, principalement transformée en alcool, pour produire de l’alcool de bouche (Rhum) ou de l’éthanol (biocarburant, alcool pharmaceutique…).

Pour les sucreries sans distillerie, compte tenu des teneurs en K2O (entre 0.2% et 0.3% en moyenne) elle peut être épandue sur les champs, en remplacement des engrais minéraux et notamment les engrais potassiques (KCl, KNO3…). On applique dans ce cas, et selon les besoins en potassium de la canne en potassium, une dose de 5 à 10 tonnes/ha. Elle apporte en outre des quantités non négligeables en CaO et MgO également importantes pour la canne.

Il en est de même pour la vinasse, sous-produit de la distillation de la mélasse, qui peut être épandue sur parcelle, à des doses plus ou moins importantes de 20 à 30 m3/ha pour une vinasse brute à moins de 10 m3/ha pour un produit concentré.

 

Épandage de vinasse concentrée - Usine de Bellevue, Île-Maurice

Épandage de vinasse concentrée – Usine de Bellevue, Île-Maurice

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPrint this page